Il est né, le divin enfant…

Mitraillage sous toutes les coutures, flash dans la tête, avec papy, avec mamy, avec maman, avec tati. Le nouveau né est la star. Papa fébrile, ou maman sous le charme, attention à ne pas se louper à la prise de vue !

Photographier un tout petit enfant, c’est savoir capter ses mimiques, ses expressions qui valent par leur spontanéité et souvent leur drôlerie. Pour les premières images à la maternité, il est difficile de prévoir un autre éclairage que la lumière ambiante et le flash.

Flassssh !

Evitez l’éclairage de face et en particulier celui du flash intégré qui ne met pas en valeur le modelé et risque de provoquer un effet d’yeux rouges ou brillants. Un flash autonome tenu à la main dans l’axe du visage, un peu plus haut que le front, donnera de bien meilleurs résultats. Si l’appareil photo ne dispose pas de prise synchro, une astuce consiste à recouvrir le flash intégré d’un papier translucide pour atténuer son action et d’utiliser une petite cellule de déclenchement à distance pour la commande du deuxième éclair. Si l’on opère en lumière ambiante, avec un objectif de grande ouverture, il convient, si le boîtier le permet, de modifier légèrement la balance des blancs pour corriger la couleur blafarde des néons ou atténuer éventuellement les rougeurs du bébé.

Cadrage

Pour une rapidité d’action, on privilégiera le viseur optique, ou reflex, à l’écran LCD. Il est préférable de cadrer en gros plan en adoptant un point de vue assez bas à hauteur de l’enfant et de choisir un court téléobjectif, l’équivalent 24 x 36 d’un 85 mm, par exemple. Le nourrisson ne connaît pas encore l’inhibition devant l’appareil photo, mais il convient de ne pas l’effrayer et de retenir son attention avec un petit jouet, en l’absence de sa mère de préférence. Avec beaucoup de patience, on parvient à saisir les mimiques les plus gracieuses.

Maman, j’ai raté la photo !

La mère avec son nourrisson dans les bras est un classique auquel il est difficile d’échapper. Les meilleurs résultats sont obtenus avec un éclairage très doux, si possible en lumière du jour diffusée par une fenêtre. Si le flash se révèle nécessaire, on a tout intérêt à utiliser un diffuseur ou à diriger l’éclair vers le plafond. Un objectif doux sera préféré à une optique trop piquée, Pourquoi ne pas essayer un voile de tulle, façon Hamilton ? Pour la focale, on choisira de préférence un télé pour éviter les déformations et détacher le couple mère-enfant de son environnement Tout réside dans l’intensité des regards. La mise au point est à régler sur les yeux.

Première photo de nu

Passés les premiers jours de maternité, on peut s’essayer à une photo plus conventionnelle représentant le bébé seul, nu, assis ou couché sur un petit lit. L’éclairage devra être très doux : lumière naturelle, flashs ou projecteurs dirigés vers des réflecteurs. Pour réaliser un véritable studio, on installe le bébé sur un drap blanc fixé en hauteur et revenant vers l’opérateur. Un premier projecteur d’ambiance, avec diffuseur, placé un peu en hauteur et de côté sera dirigé vers le bébé. Une deuxième source, disposée de l’autre coté et un peu plus loin aura pour effet d’atténuer les ombres. Une troisième lampe pourra être dirigée vers le fond ou légèrement en contre-jour. Toute cette installation doit être prête avant les prises de vue et permettre une évolution du bébé sans ombre portée. Il ne reste plus qu’à l’amuser pour enregistrer ses meilleures expressions.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *