Comment nettoyer son appareil photo ?

Nettoyer son appareil photo

Nickel, mon appareil ! Comme au premier jour. Oui, mais… Votre boîtier mérite des égards, si vous voulez éviter que votre zèle ménager n’entraîne des inconvénients, voire même des dommages irréversibles. Voici donc les règles du jeu essentielles.

L’objectif

Tout d’abord, l’objectif. Bien des images ternes, manquant de piqué, s’expliquent tout simplement par la poussière accumulée sur la lentille frontale. Ou encore, par des traces d’empreintes digitales. La tentation est forte de se saisir du kleenex à portée de main, ou pire, d’un pan de chemise, d’un coin de nappe de restau, pour remédier au problème, même si une petite voix vous souffle qu’il vaudrait mieux éviter … Et elle a raison. Non seulement les fibres du papier ou de certains textiles peuvent être abrasives et provoquer de fines rayures, parfois invisibles à l’œil nu, qui s’attaquent au traitement anti-reflet, mais les poussières – pire, les grains de sable – qui peuvent se coller à l’objectif, vont agir comme autant de petits burins et attaquer la surface optique de façon visible. Premier geste, impératif : à l’aide d’un petit pinceau soufflant, ou encore d’une bombe à gaz comprimé inerte, vendue couramment pour cet usage, éliminer les poussières et grains de sable. Ensuite seulement, on peut envisager d’essuyer la lentille frontale. Les papiers optiques proposés par votre revendeur conviennent. Ils ont l’avantage d’être à usage unique et donc de ne pas accumuler d’impuretés. Les tissus imbibés d’une solution à base de silicone, destinés aux lunettes, sont à proscrire. Si l’objectif est relativement propre, un nettoyage à sec, sans insister, suffit. Mais les traces de gouttes de pluie, les traces grasses, sont plus rebelles. Une ou deux gouttes de produit de nettoyage pour lentilles, puis un essuyage à l’aide d’un chiffon optique, en partant toujours du centre et en formant un cercle, toujours dans le même sens, vers la périphérie, en viendra à bout. En règle générale, le nettoyage « en grand » doit être peu fréquent. Mieux vaut empêcher régulièrement la poussière de s’incruster à l’aide du pinceau soufflant.

Et le reste ?

Si la propreté de l’objectif influe directement sur les résultats, d’autres points ne doivent pas pour autant être négligés. Pour votre confort, le viseur optique doit être maintenu propre. Un chiffon de coton sec et non pelucheux fera l’affaire. Quant aux écrans LCD (celui de la visée et éventuellement l’écran de contrôle des paramètres), ils sont recouverts d’une protection plastique relativement dure mais plus sensible aux rayures qu’une surface de verre. Il est préférable d’utiliser un chiffon humecté de quelques gouttes de solution de nettoyage.
D’une façon générale, mieux vaut avoir présent à l’esprit que les poly carbonates entrant dans la composition de la plupart des boîtiers ne font pas bon ménage avec les solvants, qui sont donc à proscrire.

Reste, pour les boîtiers argentiques, à maintenir propre l’intérieur de la « chambre noire ». Pour les reflex, il est bon (mais pas trop fréquemment) d’utiliser notre bombe à gaz inerte, rideau ouvert (en pose) et pas trop près. Attention : le rideau est un mécanisme d’une extrême précision et d’une extrême fragilité, auquel vous ne devez toucher sous aucun prétexte. De même d’ailleurs que la surface du miroir mobile ou la face dépolie du verre de visée.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *