3. La chambre noire

3.1 Développement des négatifs noir et blanc

3.1.1 Agrandisseur

L’agrandisseur est un appareil électrique, muni d’une ampoule et d’un système optique, il sert à projeter le négatif sur un papier photographique.

Objectif: Reproduire la scène originale le plus fidèlement ou selon la vision du photographe, en jouant sur la densité et le contraste du négatif.

Procédés:

A) Les étapes:

 1)  Le révélateur
2)  Le bain d’arrêt
3)  Le fixateur
4)  Le lavage

B) La méthodologie:

  –  Le contrôle du temps
–  Le contrôle de la température
–  Le contrôle des chimies
–  Le contrôle de la propreté
–  Le contrôle de la lumière

C) Les solutions chimiques:

Le révélateur:

Le rôle du révélateur est de transformer l’image latente sur le film exposé en une image permanente.

Lorsque les sels de bromure d’argent sont frappés par la lumière à l’exposition, ils subissent une transformation chimique partielle. Ils sont ainsi préparés pour réagir à la substance révélatrice. Celle-ci décomposera les cristaux exposés en leurs éléments simples: l’argent métallique qui se fixe pour former les parties sombres de l’image, et le brome, qui se combine chimiquement avec le révélateur.

Le bain d’arrêt:

Le rôle du bain d’arrêt est évidemment d’arrêter rapidement le processus de développement.

Le révélateur étant une solution alcaline, le passage à une solution acide (bain d’arrêt) neutralise le film et préserve ainsi le bain fixateur (acide).

Deux rinçages complets à l’eau courante peuvent remplacer le bain d’arrêt.

Le fixateur:

Le rôle du fixateur est d’éliminer les cristaux de sels d’argent n’ayant pas reçus de lumière.

Sans le fixateur, ces cristaux qui correspondent aux zones d’ombres continueraient à réagir à la lumière après le révélateur et noirciraient jusqu’à obscurcir presque entièrement l’image.

3.1.2 Étapes du développement

Étape 1 Embobinage du film

Placer le film sur une spirale et le ranger dans la cuve à développement, cette étape se fait dans le noir total.

Étape 2 Préparation du révélateur

La préparation varie selon le révélateur utilisé. Au Cégep de Sainte-Foy le mode de préparation est affiché au laboratoire.

Révélateurs disponibles sur le marché:
( voir le mode de préparation pour chacun)

Kodak HC-110 standard liquide,
D-76, Kodak , standard poudre,
T-Max, Kodak , liquide, 
Microdol-X, Kodak , poudre ou liquide.

Étape 3 Développement du négatif

L’opération du développement doit se faire pendant un temps précis.

Le temps de développement se calcule de la première goutte à la dernière goutte. Pour connaître les temps de développement voir le document annexé.

Note:
Les temps de développement se calculent en fonction, du film, du révélateur, de sa dilution et de la température de développement. Toutes modifications à ces facteurs modifient aussi le temps de développement.

Verser le révélateur rapidement dans la cuve, le temps débute à la première goutte.

Agitations pendant le développement

Première agitation:

agiter pendant les 30 premières secondes, frapper ensuite légèrement la cuve sur la table pour enlever les bulles d’air;

deuxième agitation:

à toutes les 30 secondes qui suivent, agiter pendant 5 secondes.

Terminer le développement

Le développement se termine à la dernière goutte, il vous faut commencer à jeter le révélateur 15 secondes avant la fin du développement.

Étape 4 Le bain d’arrêt

Pendant 30 secondes, remplir la cuve d’eau et la vider. Il faut remplir et vider la cuve au moins à deux reprises pour arrêter le processus de développement.

Étape 5 Le fixateur

Remplir la cuve de développement, le temps de fixage débute à la première goutte versée.

Vous avez besoin de 400 ml de fixateur. Cette étape dure sept minutes, vous agitez de 5 à 10 secondes à toutes les minutes.

Étape 6 Le lavage

Retirer la spirale de la cuve, la placer dans un bac, à l’eau courante de 15 à 20 minutes.

Étape 7 Le séchage

De 15 à 20 minutes selon la température et le taux d’humidité de l’air. Il se peut que ce soit plus long.

Étape 8 L’entreposage

Une fois le film sec, on doit le découper en bandes de 5 ou 6 négatifs et les placer dans une enveloppe à négatifs.

Cette enveloppe à négatif doit ensuite être gardée dans un endroit très propre.
LE FOND DE VOS SACS OU PORTE-DOCUMENTS EST TOUT À FAIT À PROSCRIRE.

3.2 Les papiers photographiques

Les papiers photographiques sont des émulsions aux sels d’argent tous comme les films, ils sont cependant sensibles à un spectre moins étendu des couleurs ce qui permet de les utiliser en lumière inactinique.

 

3.2.1 Grade des papiers

Les papiers sont vendus selon le contraste qu’ils offrent à l’agrandissement.

Les papiers gradés sont offerts dans les grades:

0 grade peu contrasté

2 grade normal


5 grade très contrasté

Le choix du grade se fait en fonction du négatif:

une scène où les contrastes sont normaux utilise un grade normal;

une scène où les contrastes sont faibles utilise un grade très contrasté;

une scène où les contrastes sont forts utilise un grade peu contrasté.

3.2.2 Les papiers multigrade ou polycontraste

Ils se vendent sans grade défini, en fait, utiliser tel quel, ils offrent un grade normal (grade 2).

Ces émulsions sont fabriquées en fait de deux couches d’émulsion dont l’une est peu contrastée et l’autre est très contrastée. L’on fait jouer plus ou moins le degré du contraste des émulsions par l’ajout de filtres sous l’objectif de l’agrandisseur.

Ces papiers utilisés avec des filtres modifient le rendu des contrastes du papier.

Ils sont offerts dans les grades:

0 grade peu contrasté

1/2

1 1/2
2 grade normal
2 1/2

3 1/2

4 1/2
5 grade très contrasté

Ces papiers permettent un meilleur contrôle du contraste et n’obligent pas l’achat de plusieurs papiers ayant des grades différents.

3.2.3 Textures de papier

Différentes textures de papier sont en vente sur le marché:

mat: sans reflet, il est difficile de voir le côté émulsion dans la chambre noire, les noirs sont moins profonds;

perlé ou lustré: textures apparentes;

glacé: brillant, les noirs sont très profonds, nombreux reflets sur les photos.

3.3 Planche contact

La réalisation de la planche contact a pour objectif de visualiser les photographies sur une même feuille de papier photographique.

Il faut étendre les bandes de négatifs sur une feuille de papier photo, les presser sur cette feuille à l’aide d’une vitre épaisse ou d’une planche contact.

Les étapes de réalisation:

1) Ajuster le faisceau lumineux pour qu’il couvre toute la surface du papier.

2) Effectuer un test pour trouver le bon temps de pose:

    a) refermer la lumière de l’agrandisseur;
b) installer les négatifs sur le papier photographique;
c) exposer différentes parties à différents temps à F:8.

3) Développer le papier photographique en bassin:

    a) Développement: 2 minutes
b) Bain d’arrêt: 30 secondes
c) Fixateur: 4 minutes
d) Lavage: 4 minutes

Note: À chacune de ces étapes, il est conseillé d’agiter un peu le papier sans exagération.

Une fois le test effectué, il faut choisir le bon temps d’exposition. Si le contraste de la planche contact est incorrect, il faut aussi ajuster le contraste du papier.

Lorsque les tests effectués nous donnent satisfaction, on expose une feuille de papier au temps et au contraste déterminé par les tests.

3.4 Agrandissement des images

La réalisation de l’agrandissement a pour objectif de faire apparaître l’ensemble des tonalités de gris de la photographie.

Nous dirons avoir obtenu un bon tirage lorsque nous aurons, le blanc et le noir, les détails dans les blancs et les détails dans les noirs. L’étendu de la gamme de gris devrait être harmonieuse.

Les étapes de réalisation:

1) Il faut ajuster le faisceau lumineux pour qu’il couvre toute la surface d’agrandissement.

2) Effectuer un test pour trouver le bon temps de pose:

    a) refermer la lumière;
b) exposer différentes parties à de différents temps à F:8.

3) Développer le papier photographique en bassin:

    a) Développement: 2 minutes
b) Bain d’arrêt: 30 secondes
c) Fixateur: 4 minutes
d) Lavage: 4 minutes

À chacune de ces étapes, il est conseillé d’agiter un peu le papier sans exagération.

Une fois le test effectué, il faut choisir le bon temps d’exposition. Si le contraste du tirage est incorrect, il faut aussi ajuster le contraste du papier.

Lorsque les tests effectués nous donnent satisfaction, on expose une feuille de papier au temps et au contraste déterminé par les tests.